L’e-commerce, c’est l’affaire des PME

Categorie: 
Prises de position d’IZEO

Aider les indépendants et dirigeants de PME à développer leurs affaires en améliorant leur visibilité et leur activité sur internet : telle était l’ambition de cette première journée e-Day Brussels organisée par IZEO le jeudi 8 mai à The Egg.

Le thème renvoie à des enjeux socio-économiques essentiels pour la région bruxelloise : nos commerçants et PME sont globalement en retard sur les pays voisins, et un tiers des achats en ligne des clients belges partent vers des e-commerçants multinationaux et étrangers, lesquels achètent d’ailleurs 60 % des adwords pour le marché belge.  Derrière ces constats, il y a des risques de pertes de parts de marché, de compétitivité et d’emplois. Mais aussi le risque culturel pour les PME de rater les marches de la transition numérique en cours.

Il faut croire que les indépendants et dirigeants de PME sont aujourd’hui très conscients de ces enjeux : ils étaient plus de 800 à participer à un programme que chacun jugea exigeant mais très intéressant. La journée débuta par une grande conférence de Pierre Lelong sur le sujet « Réussir son e-commerce en Belgique aujourd’hui ».  Ensuite, 6 e-entrepreneurs inspirants, réunis autour d’Olivier Kahn, partagèrent leurs expériences de lancement et de conduite de leur e-commerce. La journée se poursuivit au rythme de 25 conférences et workshops, sur des thèmes aussi variés que les pièges à éviter lors de la création de son site web, réussir une campagne d’e-mailing, booster son business grâce aux médias sociaux, développer une stratégie adwords, choisir sa plate-forme e-commerce, etc.

La forme même de ces conférences collait avec la modernité du thème de cette journée, puisque chaque auditeur écoutait les conférenciers à travers un casque audio, réglé sur la fréquence d’un des workshops, de telle sorte que les participants étaient concentrés sur l’exposé, comme dans une bulle, tandis qu’autour d’eux l’animation du salon se poursuivait.

À côté des conférences, les participants se voyaient aussi offrir des rendez-vous individuels de coaching avec des experts du web.  Plus de 40 webentrepreneurs (membres de la FeWeb, du BetaGroup ou conseillers RENTIC) ont ainsi mis leur expertise à disposition des visiteurs pour des conseils personnalisés.  Ici aussi, la technique renforçait l’organisation, puisque les rencontres se formaient à travers la plate-forme en ligne Time2, qui permet l’optimalisation de meeting lors de grands événements B2B.

A 16 h 30, l’action se concentra sur les sessions plénières, avec le regard de Philippe Dambly, Product Manager chez L.A.R. et collaborateur scientifique à l’ULg, sur les évolutions induites par internet dans le développement de la part immatérielle de l’économie.  AnySurfer sensibilisa ensuite l’assemblée aux enjeux de sites web accessibles à tous, y compris aux personnes malvoyantes.

IZEO a aussi voulu donner la parole aux institutions publiques qui peuvent aider les indépendants et dirigeants de PME à se développer sur la toile : Impulse Brussels, Innoviris, la Commerce Academy, Atrium et Brussels Invest & Export.  Céline Frémault, Ministre bruxelloise de l’Economie et de l’Emploi défendit la vision d’une Région bruxelloise à la pointe de l’économie numérique.

Enfin, point d’orgue de cette journée, François Gilson, directeur marketing de Google Belgium, exposa les tendances et perspectives du web vu par Google sous le titre « Make the Web work for you ».

Pour Miguel Van Keirsbilck, Secrétaire Général d’IZEO et organisateur de cette journée, l’e-Day Brussels 2014 ne restera pas sans suites : « Il y a une demande unanime de renouveler l’expérience, et nous organiserons à coup sûr un e-Day 2015, car tout évolue très vite dans le domaine du web et il faut rester en phase avec ces évolutions. Nous conserverons la recette qui fit le succès de l’édition 2014 : une organisation sur un mode collaboratif avec un réseau de partenaires spécialisés très engagés. Entretemps, IZEO et BECI proposeront des séminaires de formation sur toutes les dimensions d’une stratégie Web pour les PME.  L’objectif que nous voulons relever est d’augmenter de 15 % la part de PME actives sur le web d’ici fin 2015, sachant que nous nous adressons non seulement aux commerçants, mais aussi aux artisans, aux dirigeants de PME et aux professions libérales. » Rendez-vous est pris !