La Région bruxelloise met en œuvre son plan de stationnement !

Categorie: 
Informations socio-juridiques

IZEO salue l’harmonisation de la politique de stationnement, mais s’interroge encore sur les conditions de sa mise en œuvre, et veillera à ce que des dérogations soient accordées à tous les indépendants qui doivent se déplacer fréquemment pour l’exercice de leur métier.

Ce 15 juillet 2013, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale s'est réuni en session extraordinaire pour décider de l'avenir du stationnement bruxellois. Avec ce premier Plan Régional de Stationnement, le Gouvernement concrétise son engagement d'harmoniser les pratiques de stationnement à l'échelle de la Région et d'améliorer la mobilité des bruxellois.

Ce premier Plan Régional de Stationnement traduit l'engagement du Gouvernement bruxellois de définir une politique régionale de stationnement en vue d'une meilleure mobilité et d'une meilleure attractivité de la Région. Après une concertation étroite avec les communes et différentes parties prenantes, cette ambition trouve sa réalisation ce 15 juillet 2013 avec l'adoption en deuxième lecture de ce plan.

Avec la définition de différentes zones de stationnement et de cartes de dérogation régionales, le plan permettra de respecter les besoins des riverains tout en garantissant l’accessibilité des quartiers à différentes catégories professionnelles, comme par exemple les services de soins médicaux, les enseignants ou encore les indépendants.

Concrètement, chaque Bruxellois résidant en Région devra se procurer une carte de stationnement annuelle pour le prix minimal de 5 euros. Cette carte lui permettra de stationner dans un rayon de 1,5 km2 autour de son domicile légal. Un Bruxellois qui habite à proximité d’une frontière communale pourra donc se garer dans une zone à cheval sur deux communes. Un même ménage disposant de deux véhicules pourra obtenir une deuxième carte pour la somme de 50 euros. A partir de la 3e carte, si la commune prévoit ce cas de figure, il faudra débourser 200 euros par carte supplémentaire.

Le gouvernement a tenu à faciliter la vie de certaines catégories de personnes qui utilisent leur véhicule dans leur activité professionnelle. A titre d’exemple, citons les les professions relevant des services d’aide non-urgents, (médecins, vétérinaires, aides à domicile, kinés, infirmie(è)r(e)s à domicile etc) qui pourront se procurer une carte valable sur tout le territoire de la Région pour une année au prix de 75 euros.

Les instituteurs, professeurs, agents des crèches s’acquitteront de la même somme pour disposer d’une carte qui leur permettra de stationner à proximité de leur lieu de travail. Pour cette dernière catégorie, aucun nombre limite de carte par établissement n’a été fixé pour ne pénaliser personne.

Des exceptions ont été prévues pour les métiers tels que les électriciens, les chauffagistes ou encore les plombiers, qui pourront stationner pour une durée de 3h dans le secteur de leur lieu d’intervention.

Le gouvernement s’est notamment basé sur un comptage établi en 2004/2005 sur tout le territoire de la RBC. Cette enquête révélait que la RBC offrait 293.057 places de stationnement. Parmi celles-ci une partie seulement était déjà règlementée (zone bleu, rouge…). L’objectif du gouvernement est d’augmenter progressivement  le nombre de places réglementées de 16% sur base régionale d’ici à 2018. Certaines communes pourront être en deçà de ce chiffre pour autant que d’autres compensent l’offre.

Le Gouvernement a également décidé d'organiser la compensation automatique de toute réduction de places en voirie par des nouvelles places hors voirie (parkings publics ou privés).

"L'adoption de ce plan constitue une première harmonisation de la politique de stationnement dans le chef du Gouvernement. Tout citoyen qui cherche à se garer aura droit à un traitement juste et égal. Désormais, les communes seront chargées de concrétiser ce plan régional de stationnement. Il s'agit d'une méthode qui garantit une unité dans la diversité ainsi qu'une meilleure mobilité générale dans la Région." a déclaré Brigitte Grouwels.

« L’approbation en deuxième lecture de ce plan de stationnement constitue une première étape dans le cadre de la régionalisation de la mobilité à Bruxelles. Notre but est d’harmoniser les règles sur tout le territoire de la Région afin d’arriver à plus d’équité et d’efficacité dans les politiques que nous menons au profit des Bruxellois. » a ajouté Rudi Vervoort.

En terme de calendrier, le gouvernement a adopté ce jour le plan de stationnement en 2e lecture. Le plan devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2014.

Source : www.beci.be