Aides à l'embauche : les PME bruxelloises en auraient-elles moins besoin que leurs consœurs wallonnes ?

Categorie: 
Prises de position d’IZEO

Quand la régionalisation des politiques de l’emploi entraîne  des situations de type « deux poids et deux mesures »…

Les indépendants et PME bruxellois resteront-ils sur le carreau en matière d’aides régionales ?

Tandis que la Flandre accorde depuis le 1er janvier 2013 des primes très appréciables pour l’engagement de chômeurs âgés de plus de 50 ans, le gouvernement wallon est en phase d’adopter un décret très volontariste, annoncé depuis l’été 2012, d’aides aux employeurs du secteur marchand qui engagent des demandeurs d’emploi inoccupés inscrits auprès du Forem.   A vrai dire, il y a une certaine urgence à arrêter ces dispositions dans la mesure où elles sont appelées à combler le vide juridique laissé depuis le 31/12/2012 par la fin de vie du système des Aides à la Promotion de l’Emploi/secteur marchand.

Indépendamment de l’entrée en vigueur de ces dispositions, ce qui frappe à la lecture de l’ « avant-projet de décret relatif aux incitants financiers visant à favoriser l’engagement de personnel auprès de certaines entreprises », c’est… sa générosité.  En effet, pour chaque nouvel emploi créé confié à un demandeur d’emploi, l’employeur recevra une subvention forfaitaire de 10.000 € la première année, 7.500 € la deuxième et 5.000 € la troisième, majoré de 2.500 € ou de 5.000 € par an pour certaines catégories de travailleurs (moins de 30 ans, plus de 50 ans, trois premiers travailleurs).  Soit une subvention totale de 22.500 € à 37.500 € par emploi créé, sur trois ans.  Ces aides directes se cumulent avec les réductions de charges sociales prévues au niveau fédéral, notamment pour les trois premiers engagements.

IZEO, en tant qu’association de représentation et de défense des indépendants et des PME, applaudit bien évidemment cette politique visant à lutter contre le chômage en Région wallonne en aidant les PME wallonnes à créer des emplois.

Ce qui nous interpelle, par contre, en tant que principal représentant des indépendants de la capitale, c’est de ne retrouver dans le paysage bruxellois aucune mesure équivalente d’aide directe à l’embauche dans le secteur marchand.

Les PME bruxelloises connaîtraient-elles une situation économique tellement florissante qu’elles peuvent être privées de toute aide régionale à l’embauche ?

Le niveau de chômage à Bruxelles est-il tellement faible qu’il ne doit pas être combattu par des incitants au recrutement de demandeurs d’emploi bruxellois ?

Dans les deux cas, la réalité de la situation fournit une réponse négative !
IZEO tire la sonnette d’alarme.  Ces disparités de mesures créent de facto deux inégalités :

  • l’indépendant et la PME bruxellois ne bénéficient pas de ce coup de pouce public à l’engagement de travailleurs, ce qui compromet leur rentabilité
  • l’engagement d’un demandeur d’emploi bruxellois coûtera à son employeur jusque 37.500 € plus cher que son homologue wallon.

IZEO estime que la situation économique et l’état du marché de l’emploi dans la capitale ne permettent pas aux employeurs bruxellois de subir ce nouvel handicap.

Aussi, au nom des indépendants et dirigeants de PME bruxellois représentés par IZEO, son Secrétaire général, Miguel Van Keirsbilck, a écrit au Ministre bruxellois de l’Économie et du Commerce, Monsieur Benoît Cerexhe, pour lui demander les intentions du gouvernement bruxellois en matière d’aides régionales à l’embauche.

« Nous pouvons accepter l’idée que dans une Belgique fédéralisée, chaque région mette en place ses propres politiques de l’emploi, et ses propres instruments », indique Miguel Van Keirsbilck. « Mais entre une aide importante d’un côté, et rien du tout de l’autre, il y a une différence qui devient criante ! Si l’emblématique Walter le libraire, par exemple, engage à Bruxelles un travailleur, il lui en coûtera jusqu’à 37.500 € de plus que son homologue en Wallonie.  IZEO ne trouve pas cela normal, et réclame que des aides conséquentes viennent aussi soutenir l’indépendant bruxellois qui embauche. »